CAIRN.INFO : Matières à réflexion

1C’est bien évidemment le développement de l’industrie et le souci – pas toujours seulement guidé par des principes philanthropiques – de permettre aux ouvriers et à leurs familles de vivre non loin des ateliers et des usines où ils travaillaient souvent dix à douze heures par jours, six jours sur sept, qui a entraîné l’essor du logement ouvrier. Pour autant l’idée n’était pas tout à fait originale lorsque ses premières traductions virent le jour en France, en Italie et en Angleterre sous la forme des cités ouvrières. Dès le milieu du XVIIIe siècle, en effet, Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806), avait conçu près de Besançon, le projet de la Saline royale d’Arc et Senans qui passe pour l’œuvre pionnière de l’architecture industrielle de l’ère contemporaine, fournissant dans un même espace aux ouvriers et à leur famille tout ce qui était censé nécessaire et suffisant à leur épanouissement.

2Vers la fin du XIXe siècle, guidés par les réflexions des ingénieurs sociaux, des hygiénistes, des architectes et par les préceptes de la philanthropie religieuse ou laïque ou du socialisme, utopique ou scientifique, quelques patrons “éclairés” se sont révélés plus sensibles au besoin d’assurer à leurs ouvriers des conditions de vie confortables, et de garantir par là même une certaine harmonie sociale.

3Des cités ouvrières naquirent alors de ce “paternalisme”, reposant sur la mise en œuvre de solutions très différentes selon qu’elles mettaient en avant des intentions purement pratiques (rapprocher le travailleur de l’outil de production) ou ouvertes aux desseins humanistes (aider les classes populaires à accéder au bien-être et à la culture). Le célèbre Familistère de Guise, dans l’Aisne, fondé en 1877 par Jean-Baptiste Godin, qui qualifiait l’endroit de “palais social”, le village de Port-Sunlight près de Liverpool, construit par la société Lever ou la cité-jardin de Krupp à Essen constituent des exemples remarquables de ce mouvement urbanistique. Mais c’est sans doute le village français de Noisiel (inclus dans l’actuelle “ville nouvelle” de Marne-la-Vallée), fief de la chocolaterie Menier jusqu’en 1959, qui l’illustre le mieux, en France du moins, en raison de sa proximité tant géographique que chronologique.

4Exemplaire socialement, la philanthropie de ces promoteurs ne se répandit cependant pas à une assez grande échelle. Échappant à l’initiative généreuse ou calculatrice des entrepreneurs, le besoin social de logements ouvriers devint l’affaire de la collectivité en même temps qu’il est apparu que le problème qualitatif et quantitatif de l’habitation populaire ne serait pas résolu par l’initiative des propriétaires privés surtout attachés aux fluctuations de l’offre et de la demande.

5En France mais également en Italie, en Allemagne, en Belgique, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, des politiques publiques s’appuyant sur la recherche du prix le plus juste, sur la fiscalité foncière et sur les prêts bonifiés ont donc été mises en place afin de permettre l’accès des moins favorisés à la propriété. Cerise sur le gâteau, certains des grands noms de l’architecture contemporaine ont été associés à plusieurs de ces programmes et leur ont conféré, au-delà d’une indiscutable qualité, une très large notoriété.

Mis en ligne sur Cairn.info le 01/06/2008
https://doi.org/10.3917/inso.123.0101
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Caisse nationale d'allocations familiales © Caisse nationale d'allocations familiales. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...