CAIRN.INFO : Matières à réflexion

L’identité d’un peuple est construite sur l’autorité d’une mémoire collective. Dans le travail de construction de cette dernière, les religions jouent un rôle fondamental. Elles préservent la profondeur de l’histoire d’un peuple, les symboles sacrés de son identité, la rhétorique sur la continuité de la mémoire collective. En ce sens, les religions permettent d’imaginer unifié ce que l’histoire a divisé (Halbwachs, 1994). On peut recourir à la religion quand le besoin d’identification collective devient urgent sous la menace d’un danger extérieur. Dans certains cas, le mythe fondateur de l’identité d’un peuple a été alimenté par des récits épiques modernes de héros nationaux qui ont combattu des envahisseurs, ce qui concerne notamment la Hongrie et l’archevêque d’Esztergom József Mindszenty, dernier à avoir reçu le titre de prince-primat en 1945 (Somorjai, 2016). Pour toutes ces raisons, l’engagement de l’Église catholique à promouvoir l’œcuménisme pour surmonter les anciennes et profondes divisions du christianisme est important car une poussée unitaire peut contribuer à donner un esprit au projet de construction d’une unité européenne (Lavopa, 2011).
En 1944, au Collège de France, Lucien Febvre ouvrait un cours consacré à l’Europe par une définition aussitôt célèbre : « J’appelle Europe, non pas un Continent […], non pas une division géographique […], non pas un département racial […], non pas une formation politique définie […], j’appelle Europe, simplement une unité historiqu…

Français

Le drame de la « troisième guerre mondiale par morceaux » (pape François) met l’Église catholique face au défi de la paix et aux implications de celui-ci sur le rapport entre Église et Monde. De la fin de la deuxième guerre mondiale au concile Vatican II, l’étude veut analyser l’action d’un acteur politico-religieux sui generis comme l’Église catholique dans la construction du projet européen et sur la scène politique contemporaine

  • Église catholique
  • guerre froide
  • concile Vatican II
  • diplomatie
  • paix
  • Europe
Marco Lavopa
Marco Lavopa est historien, chercheur associé à la SIRICE (Sorbonne – Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’histoire de l’Europe d’après-guerre et l’histoire de l’Église catholique après la seconde guerre mondiale. Il travaille en particulier sur les pratiques diplomatiques du Vatican en Europe de l’Est depuis 1945.
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
Il vous reste à lire 88 % de cet article.
Acheter cet article 3,00€ 5 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Déjà abonné(e) à cette revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 27/10/2022
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour CNRS Éditions © CNRS Éditions. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...