CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Enfants, adolescents

Les adolescents violents, clinique et prévention. Yves Tyrode, Stéphane Bourcet, Boris Cyrulnik (préf.), Ed. Dunod, 195 pages, 90 francs

1Le problème des violences à l’adolescence est devenu un véritable enjeu social abondamment relayé par les médias. D’où la nécessité d’un ouvrage faisant le point avec clarté et précision sur les divers aspects d’un sujet aussi préoccupant. Ouvrage dans lequel se retrouvent et se recoupent aussi bien la criminologie, la sociologie, la psychiatrie, la psychanalyse, la médecine générale et légale, disciplines au carrefour desquelles les auteurs exercent leurs compétences de praticiens et d’experts judiciaires. Ce livre se place résolument sous un angle clinique. Il a également comme objectif d’aborder les aspects préventifs à partir de situations de terrain. Il se compose de quatre parties et analyse :

  • l’essentiel des bases psychobiologiques et psychodynamiques nécessaires à la compréhension des comportements spécifiques à l’adolescence ;
  • les phénomènes d’affrontements avec le corps social, en particulier en milieu scolaire et familial ;
  • l’analyse de la délinquance, individuelle et/ou en bandes organisées, ainsi que les conduites addictives qui leur sont si fréquemment associées ;
  • les actes de violence commis par l’adolescent, sur autrui comme sur lui-même.
La prévention et les approches thérapeutiques sont intégrées dans chacun des douze chapitres. Cet ouvrage est destiné à aider tous les professionnels en contact avec les adolescents, ainsi que leurs parents, à mieux appréhender cette question complexe et d’une actualité brûlante.

Enfants privés de liberté, droits et réalités. Geert Cappelaere, Anne Grandjean, Ed. Jeunesse et Droit, Paris, Liège, 488 pages, 195 francs

2Partout, un usage excessif est fait de la privation de liberté, écrit en avant-propos de cet ouvrage, Marta Santos Pai, directrice de la Division de l’évaluation, de la politique et de la planification de l’Unicef. On évalue à un million le nombre d’enfants en établissement fermé de par le monde. L’analyse fait cependant craindre qu’un plus grand nombre soit concerné. Trop souvent, les enfants sont privés de liberté pour des infractions mineures ou même sans avoir enfreint la loi, comme cela peut être le cas des enfants de la rue ou de ceux détenus dans le contexte des lois sur l’immigration. Dans le cadre du système judiciaire formel, d’autres solutions n’existent pas toujours ou sont méconnues. Or, la Convention des droits de l’enfant pose le principe selon lequel l’arrestation, la détention ou l’emprisonnement d’un enfant doit être en conformité avec la loi, n’être qu’une mesure de dernier ressort, d’une durée aussi brève que possible. Malgré l’engagement pris par les États, la réalité se découvre sous un jour différent. Les conditions dans lesquelles les enfants sont pour la plupart détenus sont loin de répondre aux normes érigées au plan international.

Histoire sociale

Le Musée social en son temps. Colette Chambelland (dir.), Pierre Rosanvallon (préf.), Ed. Presses de l’École normale supérieure, 190 francs

3Le Musée social fut créé en 1894, inauguré en 1895. Cette fondation privée reconnue d’utilité publique eut une influence indéniable qui la fit surnommer « l’antichambre de la Chambre ». Mais les dix-neuf contributions du volume Le Musée social en son temps ne prétendent pas à une histoire de l’institution. Elles en permettent une meilleure connaissance, à travers l’étude de figures déterminantes dans la vie du musée, mais aussi de lieux et de milieux. Comme l’écrit Pierre Rosanvallon dans sa préface : « Au-delà de l’arrachement à l’oubli de ces quelques figures… C’est en effet toute une histoire du changement social qui est esquissé en pointillé. ? rebours des visions trop globalisantes, cet ouvrage permet de mieux comprendre comment s’est entremêlée toute une histoire de l’expérimentation sociale avec celle d’une évolution des grandes institutions publiques. Il est en effet extrêmement frappant de constater, en termes sociologiques, comment s’est alors mis en place une sorte de milieu intermédiaire dans lequel se rencontrent et se mêlent des hommes politiques, des fonctionnaires et des philanthropes traditionnels. C’est dans ce mélange qu’a pris figure un univers inédit de l’expérimentation sociale ».

Protection sociale

La protection sociale des personnes âgées en France. Marie-Ève Joël, Ed. PUF/Que sais-je ? n° 3577, Paris, 127 pages, 40 francs

4Pour donner la vision la plus claire du système très éclaté de protection sociale destiné aux personnes âgées, cet ouvrage analyse successivement les contraintes démographiques, la constitution des revenus, l’organisation des soins, le dispositif social et médico-social, et l’origine de la prestation spécifique dépendance. Il dresse, enfin, les perspectives d’évolution du système de retraites à partir du double phénomène du vieillissement de la population et des sorties précoces d’activité.

Travail-emploi

Efficace à tout âge ? Vieillissement démographique et activités de travail. Serge Volkoff, Anne-Françoise Moliniè, Annie Jolivet, Dossier du Centre d’études de l’emploi (Dossier 16/2000), Ed. La Documentation française, 126 pages, 90 francs

5Le stéréotype du travailleur âgé peu productif conduit de nombreuses entreprises à adopter une attitude de défiance et d’exclusion à l’égard de cette catégorie de salariés. Cette attitude, largement confortée par les modélisations économiques et par certaines approches ergonomiques, ne peut que devenir problématique dans le contexte de vieillissement de la population active qui affecte de façon croissante les pays européens. Or l’observation des situations concrètes de travail montre que le déclin des performances est une notion tout à fait relative selon les individus et les situations, et qu’à ce déclin, les travailleurs réagissent par des stratégies compensatoires fondées sur leur expérience. C’est à une nouvelle approche de la relation âge-efficacité qu’invitent donc les auteurs de ce dossier.

La liberté syndicale : une bibliographie annotée. Bureau international du travail (BIT), Genève, 62 pages, 25 francs

6Cette bibliographie annotée couvre toutes les grandes sources de droit international, avec une présentation – assortie de références complètes – des organes et des procédures de contrôle. Les références aux instruments de base – universels et régionaux – sont accompagnées de commentaires et complétées par l’indication de sources secondaires. La documentation présentée porte sur l’???, les Nations unies, le Conseil de l’Europe, l’Organisation de la sécurité et de la coopération en Europe, l’Organisation de l’unité africaine, l’Organisation arabe du travail et l’Organisation des États d’Amérique. Outil documentaire original, elle offre aux chercheurs et aux militants des droits de l’homme une mine d’informations sur la protection de la liberté syndicale et des droits syndicaux.

Les syndicats français face aux nouvelles formes de rémunération, le cas de l’individualisation. Stéphane Lardy, Ed. L’Harmattan, 348 pages, 180 francs

7La question du salaire est depuis longtemps au cœur des relations de travail: du tarif syndical au SMIC, les organisations syndicales françaises ont fait de la problématique de la rétribution l’axe majeur de leur revendication. Protéger et éloigner l’ouvrier de la logique gestionnaire de l’entreprise capitaliste, tel a été l’objectif revendiqué par les grandes centrales ouvrières depuis leur création. Les politiques publiques, les pratiques conventionnelles, la jurisprudence des tribunaux de l’après seconde guerre mondiale ont consacré cette approche de la question salariale, mais l’arrivée de la « crise », et surtout, la désagrégation du rapport salarial fordiste, ont profondément bouleversé cette construction institutionnelle. Le développement de nouvelles formes de rémunération et l’élaboration d’un nouveau rapport salarial, jouant de l’incertitude et réclamant l’implication de l’individu-salarié, ont pleinement participé de cette transformation radicale. L’objet de cet ouvrage est d’étudier les stratégies des organisations syndicales face à l’essor de ces nouvelles formes de rémunération, et plus particulièrement face à l’individualisation du salaire. De la déconstruction de cette notion à une analyse des discours publics et des pratiques locales des organisations syndicales, cette recherche sociologique s’attache à comprendre le lien qui unit idéologie et action syndicale, sur un sujet qui demeure plus que jamais d’actualité : le salaire.

Le harcèlement moral au travail. Philippe Ravisy, Ed. Delmas, 230 pages, 85 francs

8Face noire du monde du travail, ce mal n’épargne personne : cadres, employés, fonctionnaires, représentants du personnel, femmes enceintes… Les chiffres sont édifiants : environ un tiers de la population active aurait été victime ou témoin d’un cas de harcèlement moral au travail. S’il est vrai qu’en l’état actuel du droit français, aucune loi ne réprime spécifiquement ce type de harcèlement, il ne faut pas en déduire que l’on est face à un vide juridique. Différentes dispositions peuvent être utilisées (textes européens, de droit privé, pénal ou public) pour faire cesser un harcèlement en cours ou, s’il est trop tard, obtenir des indemnités. Ce guide juridique s’adresse au salarié ou au fonctionnaire qui devient la cible d’un harcèlement et qui décide de réagir, à celui qui l’a été et qui veut qu’on lui rende justice, ainsi qu’à toutes les personnes à qui la victime peut demander de l’aide : délégué du personnel, délégué syndical, médecin du travail, collègues, etc. Il part de leurs préoccupations concrètes : ou commence le harcèlement ? comment réagir ? à qui s’adresser ? faut-il interpeller l’employeur ? comment récolter des preuves et quelles preuves ? doit-on rester, démissionner, se mettre en arrêt de travail ? qu’impliquerait une démission ?… Partant d’une description des comportements rencontrés sur le terrain, l’auteur donne, en 150 réponses, les moyens de réagir et de mettre en cause les responsabilités du harceleur et de l’employeur.

Travail social

Le processus éducatif, la construction de la personne comme sujet responsable de ses actes. Jacques Marpeau, Ed. Erès, 239 pages, 148 francs

9Le processus éducatif, bien au-delà de la question de la socialisation ou de la construction des savoirs, est indispensable à la structuration de la personne. Il concerne l’élaboration des capacités structurelles que la personne doit mettre en œuvre pour faire face aux nécessités de son existence actuelle et à celles inconnues du futur. Comment les éducateurs spécialisés peuvent-ils initier ce processus et le soutenir face aux jeunes, et aux moins jeunes, handicapés, en difficulté sociale, psychologique ? L’acte éducatif n’a pas pour objet de soigner ni de combler des « manques », il doit créer les conditions pour que le sujet, pris dans les rets d’une situation sans issue, puisse devenir acteur de sa propre vie en s’ouvrant à de nouveaux possibles. L’auteur s’oppose ici à toute idéologie de la maîtrise qui ferait de l’éducateur le maître qui à la fois conduit et libère. Il propose une « pédagogie de l’ouvert », une mise en œuvre de ce qui rend possible le rapport à l’inconnu, le déplacement des règles du jeu, des appartenances déjà constituées, des rôles préétablis. Cela suppose qu’éducateur et « éduqué » ou plutôt « s’éduquant » soient ensemble engagés dans le processus éducatif. S’appuyant sur son expérience de directeur de MJC en région parisienne, où il a pu constater les carences éducatives à la base des difficultés de nombreux jeunes, et sur celle de la formation des professionnels de l’éducation spécialisée, l’auteur propose une analyse de la nature et de la complexité du processus éducatif. Il ouvre des perspectives de réflexions et d’actions nouvelles en abordant l’éducation sous l’angle des « échappées » possibles aux phénomènes de « captations » dans lesquelles sont enfermés les enfants, les jeunes et les adultes en difficulté. Il invite à une attention particulière aux dynamiques d’existence et aux conditions de mobilisation des potentiels des personnes qui, pour des raisons complexes, ne peuvent être sollicitées ou validées par leur environnement.

La production de savoirs d’expérience chez les intervenants sociaux, le rapport entre l’expérience individuelle et collective. Guylaine Racine, Ed. L’Harmattan, 170 pages, 95 francs

10Les intervenants sociaux invoquent souvent des savoirs « pratiques » ou « d’expérience » pour fonder leurs interventions. Cependant, le processus de construction de ces savoirs d’expérience demeure souvent tacite, méconnu l’apprentissage. Avec ce livre, l’auteur tente de mieux comprendre comment se déroule par l’expérience dans la pratique. La pratique qui sert de toile de fond à cet ouvrage est celle d’intervenantes œuvrant dans des organismes communautaires montréalais pour femmes en difficulté et sans abri. Les résultats de son étude révèlent une constante chez les intervenantes étudiées : le rapport entre « faire ses expériences » et « les faire avec d’autres ». Plutôt qu’un processus individuel de production de savoirs, le concept d’apprentissage expérientiel peut paraître comme une co-construction de savoirs.

Histoires de vie et l’alcoolisme, à la recherche d’un espace de construction de sens avec les personnes alcooliques. Christophe Niewiadomski, Bernard Honoré (préf.), Guy de Villers (post.), Ed. Seli Arslan, Paris, 288 pages, 165 francs

11Après avoir présenté la problématique de l’alcoolisme et sa prise en charge thérapeutique, l’auteur examine dans ce livre les difficultés d’accompagnement des personnes alcooliques. S’appuyant sur plusieurs exemples cliniques, il propose de recourir à la démarche des histoires de vie afin de permettre aux sujets alcoolo-dépendants d’engager un travail de relecture existentielle susceptible de favoriser la prise en compte des questions de sens auxquelles ils se heurtent généralement. L’auteur insiste sur la nécessité de promouvoir une démarche d’accompagnement complémentaire des modèles habituellement utilisés en alcoologie et devant prendre en considération l’histoire singulière des personnes dans un souci dépassant la simple relation au produit toxicomanogène. C’est à ce prix que ces personnes pourront alors assumer une identité singulière non réductible à leur seule appartenance au groupe des malades alcooliques.

Les services sociaux à l’épreuve de l’informatique, de l’écrit à l’écran. Gérard Chevalier, François Aballéa (préf.), Ed. ESF, Paris, 145 pages, 134 francs

12Le temps des rendez-vous manques entre l’informatique et les services sociaux serait-il révolu ? Alors que les applications mises en œuvre au cours des années quatre-vingt s’intéressaient principalement à des fonctions périphériques, sans effet sur les savoir-faire professionnels, les développements récents concernent pour leur part un acte au cœur de l’exercice du métier : la tenue du dossier social. Cette utilisation rapprochée de l’informatique interpelle fortement les travailleurs sociaux et questionne leur professionnalité. Ni révolution, ni simple substitution de l’écran au papier, l’informatisation du dossier traduit la recherche d’adaptation du métier à un nouveau contexte d’intervention. Elle témoigne de l’évolution de son objet et de sa technicité. Elle constitue un marqueur et un activateur du changement qui signifie et active l’émergence d’un nouveau modèle professionnel, plus stratégique qu’ontologique, centré sur le projet. Abordant le phénomène dans sa complexité, évitant les écueils du déterminisme technique et de la résistance au changement, cette analyse fine et sans concession des pratiques professionnelles, qui s’inscrit dans la démarche de la sociologie compréhensive, renvoie in fine à la question du sens du travail social. Ce livre destiné à l’ensemble des acteurs, praticiens et décideurs, du travail social et de l’action sociale, éclaire les enjeux d’une question qui suscite des débats passionnés depuis plus d’une vingtaine d’années et propose des repères pour l’action.

Santé

Prostitution et Sida : sociologie d’une épidémie et de sa prévention. Lilian Mathieu, Ed. L’Harmattan, 272 pages, 150 francs

13Les prophéties alarmistes pronostiquant au moment de l’apparition du Sida une large contamination des prostituées ne se sont pas réalisées. Les taux d’infection par le VIH sont restés relativement bas sur les trottoirs français, et les prostituées ne sont pas devenues un vecteur de diffusion du virus au sein de la population. Cette situation positive a en premier lieu été rendue possible par l’attitude responsable et la capacité d’adaptation des femmes et hommes prostitués, qui ont rapidement intégré le risque de contamination à leur pratique et adopté le préservatif. Elle a également été rendue possible par la création d’associations assurant sur les trottoirs des actions de prévention innovantes, et dans lesquelles les prostituées elles-mêmes ont été amenées à jouer un rôle important. Cet ouvrage, issu d’une longue étude sociologique, analyse la manière dont les différents acteurs concernés (prostituées, responsables politiques et administratifs, travailleurs sociaux, professionnels de santé…) se sont saisis du problème de l’exposition des prostituées au VIH, et ont tenté de lui apporter des réponses adaptées. Son objet est de retracer l’histoire d’une politique publique, débutant par l’identification d’un problème de santé publique, se poursuivant par sa médiatisation puis par son appropriation par les champs politique et administratif, et s’achevant par sa gestion, sous des formes inédites, par un milieu associatif porteur de nouvelles représentations de ce que sont la prostitution et les personnes qui l’exercent.

  1. Enfants, adolescents
    1. Les adolescents violents, clinique et prévention. Yves Tyrode, Stéphane Bourcet, Boris Cyrulnik (préf.), Ed. Dunod, 195 pages, 90 francs
    2. Enfants privés de liberté, droits et réalités. Geert Cappelaere, Anne Grandjean, Ed. Jeunesse et Droit, Paris, Liège, 488 pages, 195 francs
  2. Histoire sociale
    1. Le Musée social en son temps. Colette Chambelland (dir.), Pierre Rosanvallon (préf.), Ed. Presses de l’École normale supérieure, 190 francs
  3. Protection sociale
    1. La protection sociale des personnes âgées en France. Marie-Ève Joël, Ed. PUF/Que sais-je ? n° 3577, Paris, 127 pages, 40 francs
  4. Travail-emploi
    1. Efficace à tout âge ? Vieillissement démographique et activités de travail. Serge Volkoff, Anne-Françoise Moliniè, Annie Jolivet, Dossier du Centre d’études de l’emploi (Dossier 16/2000), Ed. La Documentation française, 126 pages, 90 francs
    2. La liberté syndicale : une bibliographie annotée. Bureau international du travail (BIT), Genève, 62 pages, 25 francs
    3. Les syndicats français face aux nouvelles formes de rémunération, le cas de l’individualisation. Stéphane Lardy, Ed. L’Harmattan, 348 pages, 180 francs
    4. Le harcèlement moral au travail. Philippe Ravisy, Ed. Delmas, 230 pages, 85 francs
  5. Travail social
    1. Le processus éducatif, la construction de la personne comme sujet responsable de ses actes. Jacques Marpeau, Ed. Erès, 239 pages, 148 francs
    2. La production de savoirs d’expérience chez les intervenants sociaux, le rapport entre l’expérience individuelle et collective. Guylaine Racine, Ed. L’Harmattan, 170 pages, 95 francs
    3. Histoires de vie et l’alcoolisme, à la recherche d’un espace de construction de sens avec les personnes alcooliques. Christophe Niewiadomski, Bernard Honoré (préf.), Guy de Villers (post.), Ed. Seli Arslan, Paris, 288 pages, 165 francs
    4. Les services sociaux à l’épreuve de l’informatique, de l’écrit à l’écran. Gérard Chevalier, François Aballéa (préf.), Ed. ESF, Paris, 145 pages, 134 francs
  6. Santé
    1. Prostitution et Sida : sociologie d’une épidémie et de sa prévention. Lilian Mathieu, Ed. L’Harmattan, 272 pages, 150 francs
Mis en ligne sur Cairn.info le 01/06/2010
https://doi.org/10.3917/rfas.011.0245
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour La Documentation française © La Documentation française. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...