CAIRN.INFO : Matières à réflexion

L’œuvre de Frederick Cooper n’est pas réductible à l’histoire du travail en Afrique subsaharienne. Elle aborde l’histoire sociale de l’abolition de l’esclavage, de la race, des villes coloniales, du développement et des États africains depuis l’Entre-deux-guerres, ainsi que l’histoire globale, envisagée comme « histoire connectée » — des empires notamment. Appréhender ce parcours de recherche, qui s’étend désormais sur près de cinquante ans, à partir du champ spécifique des études sur le travail en Afrique permet cependant de mettre en évidence certains apports clés, certaines bifurcations intellectuelles décisives auxquelles Frederick Cooper a contribué.
C’est, il nous semble, ce que met en lumière cet entretien. Son point de départ tient à un constat concernant la dynamique inégale des recherches sur le travail et les travailleur.se.s salarié.e.s au fil des dernières décennies : d’une certaine manière, c’est au creux de la vague, au milieu des années 1990, que Cooper déploie pleinement une démarche de recherche qui renouvelle la méthode et les objets dont peuvent s’emparer les historien.ne.s du travail (pas seulement, d’ailleurs, en Afrique). À Decolonization and African Society. The Labor Question in French and British Africa (Cooper 1996) s’ajoutent rapidement deux autres livres qu’il codirige. Le premier (Cooper & Stoler 1997) propose un décloisonnement de la recherche entre anciennes métropoles et colonies, le second (Cooper & Packard 1997), une historicisation tout aussi importante des relations entre sciences sociales, savoirs sur les sociétés et développement…

Français

Réalisé entre décembre 2021 et février 2022, cet entretien avec l’historien Frederick Cooper revient sur son parcours intellectuel sur plus d’un demi-siècle, depuis ses premiers engagements étudiants à la fin des années 1960 jusqu’à ses considérations sur les études relatives à l’Afrique dans le contexte académique contemporain. Sont discutés ainsi les lignes de force, les continuités et les ruptures, les moments forts et les engagements d’une carrière prolifique, inspirante et/car souvent à contre-courant des modes et tendances dominantes. Cet échange propose tant une prise de recul que des points de vue personnels sur les façons passées et présentes de penser les Afriques et le travail, mais aussi de faire de la recherche, en histoire et dans les sciences sociales plus largement. Il donne l’occasion de saisir un certain nombre de discussions scientifiques, les configurations et possibilités qui en ont résulté, ainsi que les angles morts et biais qu’elles ont générés. Il propose ainsi une contextualisation et un point de vue original sur les études sur le travail en Afrique depuis les années 1960.

  • travail
  • histoire sociale
  • esclavage
  • Afrique
  • histoire globale
  • pensée sociale
  • parcours intellectuel
  • vie académique
Guillaume Vadot
Institut des mondes africains (IMAF), CNRS, Paris, France
Étienne Bourel
Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC), Université Lyon 2, Lyon, France
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
Il vous reste à lire 97 % de cet article.
Acheter le numéro 33,00€ 428 pages, papier et/ou électronique add_shopping_cart Ajouter au panier
Acheter cet article 5,00€ 21 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autre option
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 13/06/2022
https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36040
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions de l'EHESS © Éditions de l'EHESS. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...