CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Voyage au cœur sensible de la conscience, de Flora Gavand

1 Un exercice de style espiègle de tonalité rogerienne, écrit au cœur d’un livre collectif consacré aux personnes vivant avec un haut potentiel émotionnel, est à découvrir. Dès les premières lignes, nous voici happés dans l’expérience ultrasensible d’une auteure occupée à écrire un texte haletant à lire. Le processus d’écriture est dynamique, instable, narratif autant que direct. Flora Gavand propose une réflexion qui se compose dans l’instant. Son écriture est un témoignage, une expérience immédiate. Elle invite le lecteur, auquel elle se montre attentive, à la suivre dans le flot d’une cascade ordonnée de mots, un chemin taillé ardemment à coups de machette dans une jungle des pensées à moins que ce ne soit dans un paysage archéologiquement ciselé de sentiments.

2 L’ensemble résonne comme un poème symphonique fantastiquement émotionnel, cognitif et sensoriel : une harmonie de consonnances vulnérables et de dissonances imparfaites. Le thème et ses variations s’écoulent comme se répand le flux d’un magma incandescent qui chante et raconte en toute transparence l’individualité singulière d’un vécu atypique.

3 Une architecture kaléidoscopique se dessine cependant. La structure de sa construction est celle d’un tabouret à trois pieds. Le premier, l’empathie, invite à ne pas se perdre dans la galaxie des autres. Il appelle à la conscience d’être soi-même. L’auteure indique combien l’empathie a longtemps été pour elle un outil d’adaptation et de survie au risque de perdre sa propre singularité. Ne lâchant pas le fil rouge du maintien de son propre cadre de référence, la sincérité est au cœur de sa démarche. Le second est celui du regard positif inconditionnel fort de la reconnaissance de l’humanité propre à chacun. Le troisième enfin est celui de l’authenticité qui jongle entre l’intéroception et l’extraversion de l’être et du paraître. Flora Gavand rappelle alors l’importance d’incarner ce que l’on est pour construire une sécurité personnelle au-delà des jugements intérieurs, du manque de confiance et de la peur d’être incomprise. Rien n’est simple dans le travail d’être soi-même au contact de sa propre intimité dans la conscience de ses propres mouvements intérieurs. L’auteure illustre combien, dans un chemin d’acceptation et d’expression de soi, l’ultrasensibilité peut s’avérer avantageuse et créatrice.

4 Jean-Marc Priels

Gavand, F. (2021)
Voyage au cœur sensible de la conscience
In A. Bourdy, F. Gavand, C. Leclercq-Sherling, S. Tomasella, Main dans la main pour un monde plus sensible. Comment révéler les hauts potentiels émotionnels
Paris, Lanore, pp. 83-111.

L’Approche centrée sur la personne pour s’accepter enfin, de Aurore Aimelet

5 Simple en apparence, la pensée et la pratique de la psychothérapie et des travaux de Carl Rogers se révèlent complexes et d’une rare profondeur. Cette fois, c’est au tour de Psychologie Magazine de présenter succinctement l’Approche centrée sur la personne. Le format d’un article publié en quelques colonnes dans une telle revue adressée au grand public relève du défi. Dans un exercice de style audacieux, Aurore Aimelet a interviewé deux psychopraticiennes et formatrices – Marie-Line Desmarquet et Catherine Gay – qui se sont exprimées avec enthousiasme et de concert. Pour dévoiler le secret opérant au cœur de la rencontre entre le client et le thérapeute centré sur la personne, leur propos placent l’accent sur la qualité d’un accompagnement thérapeutique respectueux et d’une écoute emprunte de profonde présence, de sécurité, de confiance et d’engagement sincère offerts par le thérapeute. Si cet article rappelle que la théorie et le savoir du thérapeute ne prévalent pas sur l’expérience du client, il ne manque cependant pas d’aborder les attitudes de regard positif inconditionnel, de compréhension empathique et de congruence. Il insiste enfin sur le fait que, dans la reconnaissance des ressources propres de la personne écoutée, c’est à une meilleure acceptation de soi qu’invite la démarche de l’Approche centrée sur la personne.

6 Jean-Marc Priels

Aimelet, A. (2021)
L’Approche centrée sur la personne pour s’accepter enfin
Psychologie Magazine, 124, pp. 124-125.

Communication empathique dans les soins : un cas clinique, de Eric Maeker et Bérangère Maeker-Poquet

7 Cet article rappelle combien malgré que l’empathie soit encore parfois « stigmatisée dans notre société », elle est « un élément fondamental et incontournable » de la prise en compte de la personne soignée en milieu hospitalier. Elle est une compétence des soignants attentifs à la mise en œuvre des « aspects humains et relationnels de l’exercice médical ». Les auteurs, sensibles au fait que Carl Rogers ait introduit l’empathie dans le champ de la thérapie, présentent une brève situation clinique illustrative d’un 0échange au chevet d’une personne âgée hospitalisée » dans une unité de court séjour gériatrique. L’empathie, peut-on lire, est « le cœur d’une relation thérapeutique humaniste et holistique et une compétence importante tant pour la qualité des soins que pour les résultats des prises en charge. Il est question d’empathie, de communication empathique, de compréhension empathique sans faire l’impasse de l’exigence émotionnelle requises dans la mise en œuvre d’une attitude empathique. Si l’empathie supporte les valeurs médicales humanistes, elle nécessite l’engagement du soignant et dépasse la simple posture humaniste conventionnelle. Cet article, qui aborde aussi l’importance de la formation et de la supervision des soignants exerçant en gériatrie, est une « invitation à explorer plus en détail le concept d’empathie dans les soins en tant qu’attitude professionnelle et humaine positive ».

8 Jean-Marc Priels

Maeker, E., Maeker-Poquet, B. (2021)
Communication empathique dans les soins : un cas clinique.
Revue de gériatrie, 46 [1], pp. 49-52.

Carl Rogers et la psychologie humaniste, de Marc Edmond Lipianski

9 A l’avant-garde de la pensée humaniste, Carl Rogers, clinicien et enseignant, a remis radicalement en question le système d’enseignement traditionnel. Dès 1952, dans une démonstration brillante, il a dégagé les postulats de la pédagogie régnante pour en dénoncer le manque de pertinence. Ces propos critiques vis-à-vis de l’enseignement, repris ensuite en 1968 dans son célèbre ouvrage Freedom to learn, ont à l’époque fait l’effet d’une bombe. Ils visaient à sortir la didactique universitaire en science humaine de ses aspects « inintelligents, inefficaces et dispendieux ». L’auteur de cet article paru dans un ouvrage collectif établissant les liens entre la psychologie et la formation est Professeur émérite de l’Université Paris-Nanterre.

10 Il souligne la profonde cohérence entre les orientations thérapeutiques et les conceptions pédagogiques de Carl Rogers dans le mouvement des pédagogies actives, centrées sur l’apprenant et appuyées sur l’expérience, attentives au développement et à l’épanouissement de la personne. Le propos ne fait pas l’impasse du parcours d’apprentissage et d’enseignement de Carl Rogers ni de ses influences, dont celles de William Kilpatrick et John Dewey. Il aborde les fondamentaux sur lesquels repose une pensée pédagogique proche du courant philosophique de la phénoménologie et de la psychologie existentielle. Au fondement de toute connaissance, la notion d’expérience et celle d’organisme, niveau profond et primaire de cette expérience, font l’objet d’un commentaire particulièrement pertinent quant à leurs applications dans les contextes d’apprentissage. C’est ensuite au tour des notions de centration sur la personne, de capacité d’autodéveloppement et d’autodirection de la personne d’être mises en lien avec les processus en jeu dans toute formation ayant une portée existentielle et impliquant la conscience de la liberté, de ses choix et de leurs conséquences.

11 L’auteur souligne combien les principes de base de la pensée rogerienne sont unifiés de manière cohérente avant de poursuivre par une présentation de la notion d’apprentissage expérientiel. Celle-ci, attentive à l’engagement personnel, à l’intérêt et l’initiative de l’apprenant conduit le lecteur à une citation de Rogers : « enseigner est, à mon avis une fonction largement surestimée ». Le rôle fondamental du formateur est dès lors de faciliter l’apprentissage. Marc Edmond Lipianski rappelle que, entre psychologie expérimentale et psychanalyse, placée sous l’étendard de la psychologie humaniste, la position subjectiviste de Carl Rogers a bousculé l’establishment universitaire. Il conclut enfin que le système d’enseignement n’a fondamentalement pas changé depuis l’époque de Liberté pour apprendre.

12 Jean-Marc Priels

Lipianski, M. E. (2019)
Carl Rogers et la psychologie humaniste, in P. Carré & P. Payen, (sldr).
Psychologies pour la formation
Paris, Dunod, pp. 88-104.

Approches humanistes, de Baptiste Alleaume

13 Dans un livre consacré à la psycho-traumatologie et qui se présente comme un manuel fort de 51 chapitres (Fondements, Types de traumatismes, Psychopathologie, Thérapies), c’est sous le prisme du courant humaniste et existentiel que Baptiste Alleaume expose une conception du trauma, élément constitutif de l’existence humaine. Les points de vue fondateurs de Carl Rogers, Abraham Maslow et Rollo May y sont présentés en comparaison les uns des autres. Ces approches possèdent quelques points communs quant à leur manière d’envisager l’accompagnement thérapeutique et contiennent quelques divergences quant à leur regard – confiant ou tragique – sur la condition humaine.

14 L’auteur indique que c’est le manque de cohérence et de congruence entre les éléments constitutifs du Soi et la mise à mal de l’unité organismique devant les pressions de l’environnement qui sont les éléments essentiels sur lesquels s’appuient le discours humaniste, existentiel et phénoménologique en regard de la tradition médicale étiopathologique. Il poursuit en rappelant que c’est la prise en compte de la subjectivité de la personne, l’accompagnement thérapeutique relationnel dans la rencontre et l’authenticité de toute forme d’expression qui participent du paradigme thérapeutique humaniste tandis que la recherche de sens est plus particulièrement existentielle. Baptiste Alleaume retient que ces approches prennent en compte l’adversité des événements de vie et que l’accompagnement qu’elles proposent est d’ordre organismique, holistique, non-pathologisant, subjectif et relationnel. Pour les approches humanistes, le trauma sollicite une dynamique de croissance personnelle de la personne, de dépassement de sa condition humaine. L’accent porte sur l’intégration de l’événement traumatique dans son existence en s’appuyant sur les ressources, la motivation et l’élan de vie. Pour terminer, il est question d’éclectisme thérapeutique des approches humanistes dans un énoncé de quelques applications dont la Thérapie du Focusing, la Gestalt, l’hypnose, le psychodrame, l’analyse transactionnelle, la pré-thérapie. L’Approche centrée sur la personne et les approches humanistes qui se sont développées dans son sillage ont toutes leur place dans l’histoire de l’accompagnement des processus de résistance et de dépassement des traumatismes.

15 Jean-Marc Priels

Alleaume, B. (2020)
Approches humanistes, in M. Kédia, A. Sabouraud-Séguin & al.
Psychotraumatologie
Paris, Dunod, 3e éd., pp. 430-439.

Psychothérapie centrée sur la personne et expérientielle. Fondements et développements contemporains. Sous la direction d’Emmanuelle Zech, Gaston Demaret, Jean-Marc Priels et Claire Demaret-Wauters

16 A cheval entre ouvrage théorique et manuel pratique, ce nouveau livre de référence en francophonie fait état avec finesse, rigueur et générosité (on y trouve vingt chapitres ainsi qu’une liste des ressources originales et traduites de Carl Rogers, sur un total de plus de quatre cents pages) des fondements historiques, conceptuels et empiriques des psychothérapies centrée sur la personne et expérientielles. Il traite également des développements contemporains de la philosophie centrée sur la personne et de ses principales applications dans le domaine de la psychothérapie (la Pré-thérapie, l’Emotion Focused Therapy, l’Entretien motivationnel, les Psychothérapies existentielles, le Focusing, la thérapie centrée sur l’enfant, les parents et la famille, la thérapie centrée sur le couple, la thérapie en groupe, la thérapie par les arts expressifs centrée sur la personne).

17 Le livre présente et résume les fondements historiques et philosophiques de l’approche, donnant un large éclairage sur la naissance et les développements précoces de l’approche dans l’esprit de Carl Rogers, leurs fascinantes logique, simplicité, rigueur et cohérence. Il présente une synthèse des études ayant testé l’efficacité des Psychothérapies centrée sur la personne et expérientielles, et recense la recherche de ces dernières années, rappelant combien l’approche est solidement ancrée dans la recherche et validée scientifiquement.

18 Il invite autant les psychothérapeutes en formation que les psychothérapeutes chevronnés à savourer toute la richesse et la subtilité de ces approches à travers ses vastes applications, offrant de multiples occasions d’affiner leurs connaissances par sa lecture. Même les psychothérapeutes aguerris pourront apprendre par exemple à distinguer les trois différents types d’empathie selon les préférences liées aux approches psychothérapeutiques, ainsi que les spécificités propres à l’Approche centrée sur la personne concernant cette attitude. La lecture pourra aussi mettre en lumière certains aspects moins connus des concepts fondamentaux des psychothérapies centrée sur la personne et expérientielles, notamment les différents types d’authenticités et de reflets ainsi que la différence entre congruence et transparence, et également s’interroger sur comment inscrire ces pratiques dans un monde qui se virtualise. Nous sommes ainsi invités à réfléchir et nous positionner par rapport à notre propre pratique individuelle.

19 L’ouvrage propose une vision synthétique et clarifiée des psychothérapies centrée sur la personne et expérientielles, ainsi qu’une réflexion concernant leur psychopathologie propre. Enfin, les principales méthodes et développements thérapeutiques issus de, ou influencés par Carl Rogers sont présentés et explicités, ainsi qu’une liste exhaustive des lieux et instituts francophones de formations de ces approches.

20 Par les données empiriques qu’il relaie et l’expertise des personnes y ayant contribué, le livre procure un sentiment justifié de fierté, de confiance et de légitimité. Il est une source d’inspiration pour quiconque a une pratique de ces approches, mais également pour toute personne curieuse d’y plonger plus profondément et d’en apercevoir la grande exigence, la richesse et la finesse.

21 Thomas Noyer

Zech, E. ; Demaret, G. ; Priels, J.-M. ; Demaret-Wauters, C. (2021)
Psychothérapie centrée sur la personne et expérientielle. Fondements et développements contemporains.
Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 400 pages.

Améliorer la qualité des soins des patients avec démence : l’approche centrée sur la personne, de Catherine Bassal, Matthias Kliegel, Christophe Graf

22 Cet article présente brièvement le contexte d’un projet pilote de soin du service de réadaptation médicale des Hôpitaux Universitaires de Genève. Le dispositif mis en place – programme de formation du personnel et programme d’activité destiné aux patients - vise à évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une intervention de soins centrés sur la personne dans une unité accueillant des patients en attente de placement. Au départ d’une approche médico-centrée, les résultats de l’étude planifiée viseront à mieux comprendre les freins et les facilités liés au processus d’implémentation d’une culture de soins basée sur une approche humaniste. L’Approche centrée sur la personne de Carl Rogers et les apports de Marlis Pörtner sont appliqués dans l’accompagnement mené avec d’autres modèles de soins tels que la Validation, la méthode Montessori et le Dementia Care Mapping. Quoique métissée avec des méthodes relationnelles variées et ancrées dans un milieu de soin médicalisé, l’Approche centrée sur la personne est la base choisie pour améliorer la qualité de l’accompagnement des patients en intégrant leur famille et le personnel. L’étude est actuellement en cours.

23 Jean-Marc Priels

Bassal, C., Kliegel, M., Graf, C. (2019)
Améliorer la qualité des soins des patients avec démence : l’approche centrée sur la personne
Angewandte Gerontologie Appliquée, 3/19, pp. 18-20.

Notes

  • [1]
    Voir également : Maeker, E. & Maeker-Poquet, B. (2021). La médecine, la guerre et l’empathie à l’âge de la COVID-19, fictions et points de vue. Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie, 21/122, pp. 65-67.
Mis en ligne sur Cairn.info le 15/03/2023
https://doi.org/10.3917/acp.032.0095
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour ACP-PR © ACP-PR. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...